Djidji ne botte pas en touche et plaide coupable

David Phelippeau

— 

Koffi Djidji n'oubliera sans doute pas sa première titularisation en Ligue 1.
Koffi Djidji n'oubliera sans doute pas sa première titularisation en Ligue 1. — Photo FC Nantes / Arnaud Duret

La question alimente toutes les discussions des supporters depuis samedi soir. Pourquoi Koffi Djidji n'a-t-il pas dégagé le ballon de la dernière action, samedi, qui a abouti à l'égalisation d'Ajaccio, samedi, à la Beaujoire ? «C'était une erreur à ne pas faire, s'est expliqué, mardi matin à la sortie de l'entraînement, le jeune défenseur central du FC Nantes. Qu'on ait parlé dans mos dos ou pas, il fallait que je dégage. J'assume complètement mon erreur. Ça donne à la fin un nul (2-2) alors qu'on devait gagner. Maintenant, je passe à autre chose.»

Sur l'action, Djidji affirme que quelqu'un lui a intimé l'ordre de laisser le ballon… «Moi, j'ai entendu quelque chose, confesse-t-il. Après que ce soit Pierre, Paul ou Jacques, on s'en fout, j'aurais dû dégager la balle. Elle arrive sur moi, j'avais même le temps de la contrôler.» Djidji glisse alors avec un sourire : «Non, ce n'est pas un joueur adverse [qui a dit» laisse «], c'est sûr…» Le jeune défenseur sous-entend donc qu'un de ses coéquipiers lui a donné l'ordre de laisser le ballon, mais il ne cite personne. En attendant, l'entraîneur Michel Der Zakarian, après s'en être pris devant les médias à son défenseur sans le citer, lui a précisé ce qu'il pensait de son erreur.

«Il m'a dit qu'il fallait que je dégage le ballon, explique Djidji. Je n'ai pas eu besoin du coach pour faire cette analyse, même après l'action je me suis dit :»Pourquoi tu ne la prends pas ?«. C'est une erreur de jeunesse. Je continue à avancer. Je ne m'arrête pas à ça.» Samedi prochain, Djidji, en l'absence de Papy Djilobodji blessé à une côte pour au moins un mois, sera-t-il à nouveau titulaire ? Son erreur lui portera-t-elle préjudice ? «Le coach fera ses choix et on verra bien», répond, pragmatique, le jeune défenseur central de 21 ans.