Les maires de nuit ont instauré le dialogue

— 

Le défi pour les candidats sera celui de réunir autour de le table tous les acteurs de la vie nocturne nantaise.
Le défi pour les candidats sera celui de réunir autour de le table tous les acteurs de la vie nocturne nantaise. — F. Brenon / 20 Minutes

Leur mission était de sensibiliser les candidats et de susciter le débat autour des diverses problématiques de la nuit nantaise. A moins de trois semaines de la fin de leur mandat symbolique, quel bilan pour les deux maires de la nuit élus en novembre? «La plupart des candidats se sont montrés à l'écoute. Trois d'entre eux ont même repris notre proposition de conseil consultatif de la nuit, apprécient Arnaud Tesson et Vincent Beillevaire. On a également eu des échanges très constructifs avec les étudiants, les épiciers, les cafés, la TAN. Tous semblent prêts à se mettre autour de la table et faire des efforts.» Seul échec : le dialogue avec les associations de riverains. «On nous a dit qu'on était malhonnêtes, qu'on représentait les alcooliers. En fait, leur seule volonté est d'entrer dans la commission des débits de boissons pour sanctionner. C'est dommage.» Surpris par la diversité des situations («les problèmes ne sont pas les mêmes en centre-ville et dans les quartiers»), les maires de la nuit savent qu'il « n'existe pas de solution miracle ». « Ce qui touche aux services, aux investissements, ça peut se résoudre. Ce qui touche à l'humain, c'est beaucoup plus compliqué. » F. B.