Un été explosif pour le centre-ville

©2006 20 minutes

— 

25 juin 2006 : Une fresque humaine contre l'aéroport (1) Rassemblées dans un champ de Notre-Dame-des-Landes à l'appel des associations opposées à l'aéroport Grand-Ouest, plus de 4 000 personnes forment une fresque géante pour dire « Non » au projet. Cinq jours plus tôt, le préfet avait officiellement exclu l'hypothèse de créer une seconde piste d'aterrissage sur l'actuelle plate-forme Nantes-Atlantique. Partisans et opposants du nouvel aéroport attendent maintenant l'avis de la commission d'enquête publique, avant la fin mai.

8 août : Le stade Marcel-Saupin est démoli (2) Comme le redoutaient les supporteurs nostalgiques, les pelleteuses s'attaquent aux virages du vieux stade. Le théâtre des plus grands succès du FC Nantes sera amputé deux mois plus tard de trois tribunes sur quatre. Elles seront remplacées, à partir de septembre 2008, par la Maison des sciences de l'homme, un institut d'études avancé, des logements et des commerces.

31 août : Un clip de rap met le feu aux poudres (3) Se revendiquant du quartier Bellevue, deux jeunes rappeurs nommés Tipikal et KPster font parler d'eux sur Internet. Le duo, qui avait été subventionné par la mairie, s'attire les foudres de la police et des pouvoirs publics pour ses propos « anti-flics ». En quelques jours, leur clip est visionné par plus de 5 000 internautes.

17 septembre : La bombe américaine vide le centre-ville (4) Découvert le 11 septembre sur un chantier de construction du quai de Tourville, un engin explosif de 250 kg datant de la Seconde Guerre mondiale doit être désamorcé. L'opération, particulièrement délicate, nécessite l'évacuation d'une partie du centre-ville. Encadrées par les forces de l'ordre, quelques 20 000 personnes doivent quitter la zone avant 9 h du matin. Près de trois heures plus tard, la bombe sera neutralisée, sans encombre.

Frédéric Brenon

Demain : l'automne 2006.