« Acheter à Nantes, c'est réservé à une élite… »

— 

Proposer des logements pour tous, à la location comme à l'achat, est l'un des grands enjeux de la campagne.
Proposer des logements pour tous, à la location comme à l'achat, est l'un des grands enjeux de la campagne. — F. Elsner / 20 Minutes

Elodie et Christophe ont atteint l'an dernier le « cap de la trentaine ». Pour fêter ça, ils ont décidé de lâcher leur appartement en location du quartier Bellamy pour devenir propriétaires. « On travaille tous les deux à Nantes, on aurait aimé ne pas trop s'éloigner du centre », raconte le couple. Après quatre mois de recherches « pénibles », ils ont finalement trouvé leur bonheur… à Saint-Philbert-de-Grandlieu. Une maison avec terrasse et jardin pour 203 000 €. « En restant à Nantes, on ne pouvait pas prétendre à mieux. Alors qu'en s'éloignant, on a vu qu'on pouvait s'offrir une maison… » Bémol de taille toutefois : 28 km en voiture à effectuer chaque matin et soir. Et la maison est éloignée du bourg et des commerces. « La route c'est chiant, c'est vrai, et ça coûte cher, confirme Florian, voisin du couple. Mais si on veut s'agrandir, on n'a pas le choix. Acheter à Nantes, c'est réservé à une élite. » Aline et Nicolas, eux, viennent d'emménager en centre-ville. Ils louent au troisième étage, avec un jardin à partager, et ne regrettent rien. « Bien sûr, on préférerait être propriétaires. Mais si cela signifie prendre sa voiture pour aller travailler et faire la moindre course, non merci. Ce n'est pas la vie qu'on veut transmettre à nos enfants. » F.B.