Laurent Delien anime " 100% 80 "
Laurent Delien anime " 100% 80 " — F. Elsner / 20 Minutes

Nantes

Les radios associatives envoient de bonnes ondes

Médias La région compte un réseau dynamique de 22 stations

Ils diffusent du Philippe Lavil, des génériques de séries télévisées, ou des musiques de pub d'il y a 30 ans... Ce dimanche, Laurent Delien et Jérôme Huyon sont aux manettes de l'émission « 100 % 80 » sur Sun Radio. Tous les deux bénévoles, depuis 10 ans pour le premier, ils partagent à l'antenne, pendant deux heures chaque semaine, leur passion pour les années 1980. Et ils s'éclatent. « On est libres de parler de ce que l'on veut, car la ligne éditoriale n'est pas formatée, explique Laurent Delien. Pas comme les autres radios traditionnelles ! »

76 500 auditeurs


La liberté de parole, c'est la recette du succès des radios associatives. Comme Sun Radio, qui totalise 7 000 auditeurs nantais par jour, 22 autres structures de même type enrichissent le paysage radiophonique des Pays de la Loire et touchent quotidiennement 76 500 auditeurs. Si elles ont chacune leur style, (étudiant pour Prun, tournée vers l'Europe pour Euradio...), « leur point commun est qu'elles tendent le micro à des gens passionnés, désireux de prendre part à l'info, sans la pression de l'audience », résume Lyonel Bernard, directeur de Graffiti Urban radio, en Vendée, et président de la fédération des radios associatives.

Au total, si elles emploient près de 90 salariés, elles peuvent aussi compter sur quelque 1 600 bénévoles. « Associatif » ne veut pas dire « amateurisme ». « Sur le contenu comme sur les moyens techniques, on se professionnalise, assure Pierre Boucard, à la tête de Sun Radio. D'ailleurs, beaucoup de grandes radios viennent recruter chez nous ! »

■ Semaine de fête

Jusqu'à ce jeudi, Journée mondiale de la radio, est organisée la première édition de la semaine des radios associatives des Pays de la Loire. Une émission commune a été enregistrée pour l'occasion.