Le HBCN n'y arrive toujours pas contre les Héraultais

David Phelippeau

— 

Nicolas Claire et ses coéquipiers menaient pourtant de deux buts à un peu plus d'une minute de la fin.
Nicolas Claire et ses coéquipiers menaient pourtant de deux buts à un peu plus d'une minute de la fin. — F. Elsner / 20minutes

Depuis 2008, et son arrivée dans l'élite du handball français, le HBC Nantes (5e) n'a toujours pas réussi à battre Montpellier (3e). Jeudi, à Beaulieu, on a bien cru que le signe indien allait être vaincu par les hommes de Thierry Anti lorsqu'ils menaient de deux buts à un peu plus d'une minute de la fin... Pourtant, comme souvent, dans le money time, Montpellier a été plus efficace, plus lucide et plus malin pour revenir au bout du suspense à égalité (29-29). « On menait de deux buts à une minute de la fin, regrette le patron de la défense Rock Feliho. C'est un match nul qui ressemble à une défaite. C'est comme si on avait perdu ce soir. Je ne sais pas ce qu'il nous a manqué, je ne sais pas ce qu'on peut se reprocher. » Feliho, comme tous les Nantais, ne digèrent pas la dernière action sur laquelle ils estiment avoir été lésés par l'arbitrage. «Elle est très litigieuse, poursuit Feliho. L'arbitre n'arrête même pas le chronomètre. On a perdu sept secondes. On n'a même pas pu se mettre en position de shoot... »

Jorge Maqueda a en effet envoyé le dernier coup franc du désespoir sur la barre de Thierry Omeyer.

Souvent très remonté contre l'arbitrage, l'entraîneur Thierry Anti ne s'est paradoxalement pas épanché sur ce sujet. Il a voulu plutôt mettre en lumière l'intensité de cette rencontre. « Aucune des deux équipes n'a lâché. Comme deux boxeurs qui ne voulaient pas tomber KO... Cela s'est joué à un ballon comme il y a deux ans ! [29 partout aussi] » Entre Nantes et Montpellier, c'est toujours un peu la même histoire finalement...