2007 ne passera pas

©2006 20 minutes

— 

« Nous n'avons pas été entendus pour l'année 2006, il nous faudra donc faire encore plus fort pour 2007. » Calixte le promet : lui et son mouvement ne se feront pas avoir deux fois. Avec une quinzaine de joyeux lurons, tous originaires du Grand Ouest, il dirige le Fonacon, le Front d'opposition à la Nouvelle année. Lors de son « premier coup », l'organisation avait réuni 300 personnes pour une manifestation festive dans les rues de Chauché (Vendée), le 31 décembre 2005.

Depuis, le Fonacon suscite l'engouement de centaines de curieux, surtout après qu'il ait annoncé son retour dans les rues du centre-ville de Nantes, le soir de la Saint-Sylvestre. « Nous préférons une rébellion qui enfle, à un réveillon qui gonfle », sourit Gaston, autre membre de l'équipe. Avant de reconnaître : « Cette année, ça a pris une ampleur incroyable. Tout le monde en parle ! Difficile de dire combien nous serons à Nantes, mais on ne devrait pas avoir trop de mal à réunir au moins un millier de personnes. »

Sur Internet, le site du Fonacon fait aussi l'objet d'un buzz étonnant : près de 40 000 connexions quatre semaines seulement après sa création. « Nos revendications se répandent à toute vitesse. Des internautes nous ont promis de manifester à Montréal, Kiev ou Barcelone. Et si on échoue encore, on ira défiler contre 2008 sur les Champs-Elysées. » Au fait, pourquoi refuser 2007 ? « Parce que c'est mieux maintenant ! Si on arrête le temps, fini le réchauffement climatique, le problème des retraites, les rides, les étrennes, les calendriers qu'il faut changer. Et puis pas d'année 2007, donc pas d'élections et pas de fausses promesses ! »

F. B.