Ribéry et Platiniont failli signer...

David Phelippeau

— 

Franck Ribéry, désormais au Bayern, avait séduit le FC Nantes en 2004.
Franck Ribéry, désormais au Bayern, avait séduit le FC Nantes en 2004. — Cal Sport Media / Sipa

Chaque mercato charrie son lot de probables recrues... Depuis plus de trente ans, des noms plus ou moins ronflants ont été annoncés au FCN. Nous avons vérifié la véracité de certains. Tour d'horizon des joueurs les plus prestigieux qui auraient pu ou dû poser leurs valises à la Jonelière.

Michel Platini. En 1978, l'ancien meneur de jeu des Bleus est proposé par Jean-Luc Lagardère, le patron d'Europe 1 (sponsor maillot de l'époque) aux dirigeants du FC Nantes. «Il aurait dû venir, estime l'ex-directeur sportif Robert Budzynski. Mais au sein du club, des éléments ont freiné sa venue.» Selon nos informations, Henri Michel voyait d'un très mauvais oeil l'arrivée d'un joueur susceptible de lui faire de l'ombre. En interne, d'autres estimaient que sa venue allait entraver la progression d'un autre meneur de jeu maison : Gilles Rampillon.

Franck Ribéry. Le match qui l'a révélé au grand public. Le 11 février 2004, Ribéry vient perdre (4-0) en Coupe de France à la Beaujoire avec Brest (N), mais en fait voir de toutes les couleurs à la défense nantaise. « Après le match dans le vestiaire, j'ai discuté cinq minutes avec lui et quand il est parti, je me suis dit»il est pour nous celui-là«, se souvient Budzynski. Finalement, on n'a pas donné suite.» Pour des raisons que l'ex-dirigeant nantais ne veut pas donner. Certaines mauvaises langues disent que le FCN a opté pour Capoue au final au poste de milieu offensif.

André-Pierre Gignac. Janvier 2008, le FCN est sur le point de remonter en L1. En prévision du retour dans l'élite, les dirigeants nantais visent Gignac, qui est à la peine à Toulouse. «Ça a failli se faire, explique le directeur technique de l'époque Christian Larièpe. Mais Waldemar Kita et Olivier Sadran (président de Toulouse) ne se sont pas mis d'accord. »

Laurent Blanc. Le 15 décembre 2006, alors que le FCN vient de recruter Fabien Barthez, le journal L'Equipe titre : « Blanc retrouvera Barthez ». En clair, Laurent Blanc prend en charge le FCN en difficultés en L1. «C'était un coup médiatique de Jacques Vendroux [proche de Blanc] fait à l'insu du club, explique le président de l'époque Rudi Roussillon. On avait tous découvert ça dans les journaux. Vendroux m'avait appelé le jour-même de la parution, je crois, pour savoir ce que j'en pensais.» Blanc ne viendra pas, Nantes descendra en L2.