Le patron tente de se justifier

— 

Le directeur général d'Alcatel-Lucent, Michel Combes, était mardi en visite sur le site d'Orvault, voué à fermer d'ici la fin d'année. Le patron de l'équipementier telecom a indiqué que sur les 483 salariés orvaltais, 125 devraient être licenciés, 175 pourraient être transférés vers d'autres sites français du groupe et environ 170 travailleront pour l'entreprise Altran installée sur la commune. « Ce n'est pas avec 170 personnes qu'on va assurer la pérennité d'un site où il y en avait 500 avant », juge une syndicaliste.