Des lycéens boostés avec Brio

Julie Urbach

— 

Pendant deux ans, Yana a pu bénéficier des conseils d'Antoine, son tuteur.
Pendant deux ans, Yana a pu bénéficier des conseils d'Antoine, son tuteur. — F.Elsner/20Minutes

Elle pense avoir « plutôt assuré » à ses partiels et paraît bien dans ses baskets. Yana, 19 ans, étudiante en langues à l'université de Nantes, a finalement trouvé sa voie. Tout n'était pas forcément gagné d'avance pour cette jeune Russe, arrivée en France avec sa mère à l'âge de 15 ans. Mais elle dit devoir beaucoup à Brio, un programme d'égalité des chances mené par quatre grandes écoles nantaises (Audencia, Centrale, les Mines et Oniris ), qui accueille cette semaine sa nouvelle promotion.

Confiance en soi


Comme a pu le vivre Yana, 150 élèves de première et de terminale, issus de 13 lycées de la métropole, vont recevoir cette année un suivi particulier. Deux mercredis après-midi par mois, par groupe de 6, ils rejoindront leurs tuteurs -des étudiants bénévoles-pour des ateliers de culture générale, des sorties au théâtre, et même un voyage découverte à l'étranger. « On est là en soutien, pour qu'ils prennent confiance en eux, et pour les aider dans leurs choix d'orientation, explique Antoine, l'ancien tuteur de Yana, et étudiant en troisième année à Audencia. Au lycée, j'ai toujours eu des bons profs et mes parents pour m'accompagner, j'ai voulu renvoyer l'ascenseur. »

Un dispositif qui marche


Avec 600 lycéens qui ont déjà bénéficié de ce dispositif, « on peut dire que ça marche très bien », résume Laure Pineau-Defois, en charge du projet. Au-delà des bons moments partagés par ces jeunes, les chiffres sont en effet encourageants : 70 % des élèves passés par Brio ont eu une mention au bac, contre 50 % dans l'académie. « Ils sont aussi plus nombreux à aller en prépa. Cela veut dire que notre lutte contre l'auto-censure avance », ajoute la responsable.

Concernant les poursuites d'études, le bilan est là aussi positif, avec « beaucoup moins d'échec en fin de première année que la moyenne », note Laure Pineau-Defois. De bon augure pour Yana, qui s'imagine, pourquoi pas, devenir journaliste à l'international.

■ Quartiers

Le dispositif est réservé aux élèves de première et de terminale issus de milieux sociaux défavorisés. Cette année, les quartiers les plus représentés sont Nantes Nord, Dervallières et Rezé Château.