Nantes-Atlantique à pleine vitesse

Frédéric Brenon

— 

En frôlant les 4 millions de passagers transportés (3, 93 millions), l'aéroport Nantes-Atlantique a établi en 2013 un nouveau record de fréquentation. Mieux, sa croissance (+8, 3 % entre 2012 et 2013) est la plus forte des aéroports français et dépasse nettement la croissance moyenne européenne (+3 %).

Cette progression est obtenue en partie grâce au fort développement des liaisons vers l'Europe (+20 %), en particulier vers l'Italie et l'Espagne. Le trafic intérieur français augmente lui aussi (+11 %), notamment grâce à de nouveaux vols vers la Corse.

Si Air France reste la première compagnie au départ de Nantes, la part du low-cost, dopée par l'arrivée de Volotea, continue d'augmenter pour atteindre 40 % du trafic. « L'essentiel de notre croissance est tiré par les compagnies à bas coût, reconnaît François Marie, directeur de Nantes-Atlantique. Ce sont ces entreprises qui aujourd'hui sont les plus rentables. A tel point que la plupart des compagnies traditionnelles se placent aussi sur ce marché, comme Air France avec Hop ! »

Effet de saturation ?


Reste que ce niveau de fréquentation commence à produire des effets négatifs, selon les responsables de l'aéroport. L'aérogare a ainsi été jugée saturée (seuil de 14 000 passagers par jour) à 72 reprises l'an passé, contre 6 il y a seulement deux ans. « Ça commence à devenir significatif, estime François Marie. Ce sont des jours qui ont nécessité des moyens spécifiques d'accueil. »

Pour 2014 les perspectives sont jugées « encourageantes », puisque quatre nouvelles compagnies (TAP, Etihad, Sun express, Aegean Airlines) et quatorze nouvelles lignes (Lisbonne, Athènes, Rome…) sont annoncées.

■ Notre-Dame-des-Landes précisé

Le président d'Aéroports du Grand Ouest, Nicolas Notebaert, a indiqué jeudi que les travaux préalables à la construction du nouvel aéroport de Notre-dame-des-Landes débuteront « probablement avant l'été » si l'Etat donne son aval. La première étape consiste en un transfert des espèces protégées. Des recours en justice seront déposés par les opposants au projet, mais ils ne seront pas suspensifs. L'ouverture de l'aéroport n'est pas envisagée avant fin 2018.