Les bacs de Loire plus populaires que jamais

Frédéric Brenon

— 

Embarcadère à Basse-Indre.
Embarcadère à Basse-Indre. — F. Elsner / 20 Minutes / archives

Record battu. La barre symbolique des deux millions de passagers transportés par les bacs de Loire a pour la première fois été dépassée en 2013 (2, 15 millions précisément), révèle le conseil général, qui exploite le service. Les deux lignes, qui relient Indre à Indret et Couëron au Pellerin, affichent également une croissance inégalée depuis huit ans : +11 % pour les véhicules (1, 1 million en 2012) et +8, 6 % pour les passagers. Cette popularité exceptionnelle s'explique tout d'abord par la mise en service récente de deux navires neufs.

Cela restera gratuit


« Ces deux bacs offrent une plus grande capacité mais sont également plus confortables et plus fiables. Forcément, le public suit », se réjouit Jean-Yves Ploteau, vice-président du conseil général. L'autre explication tient à la gratuité mise en place en 2005, qui permet de séduire chaque année de nouveaux adeptes. « La semaine, c'est essentiellement des trajets domicile-travail. Le week-end, c'est davantage des promeneurs, signale Jean-Yves Ploteau. Le trafic a doublé depuis la gratuité. Il n'est pas question de la remettre en cause, même si le département connaît en ce moment de fortes contraintes budgétaires. »

« Si cela devait redevenir payant, c'est clair que je ne prendrai plus le bac, assure Annabelle qui habite La Montagne. En attendant, j'évite le pont de Cheviré. » « Sans le bac, c'est voiture obligatoire tous les jours et les bouchons qui vont avec, explique Thierry, cycliste travaillant à Saint-Herblain. Il est pour moi indispensable. »

■ Quel coût ?

Gratuits pour les usagers, les bacs de Loire ont toutefois un coût de fonctionnement pour le conseil général : 4,57 millions d'euros en 2014. Les deux bacs neufs auront aussi coûté 16 millions d'euros.