Bientôt, ça sera Papy où t'es ?

David Phelippeau

— 

Le président Kita a fixé le prix de Djilobodji (25 ans) : 20 millions d'euros.
Le président Kita a fixé le prix de Djilobodji (25 ans) : 20 millions d'euros. — F. Elsner / 20minutes

Si le Losc avait su… En 2009, après trois jours d'essai, Papy Djilobodji n'est pas conservé par le club nordiste. Cinq ans plus tard, le Sénégalais devrait constituer sans doute la plus belle rentrée d'argent de l'ère Kita. Après l'échec lillois, Djilobdji pose ses sacs en région parisienne à Moissy-Cramayel (CFA 2). Rapidement, il saute aux yeux du FC Nantes.

Kita veut 20 millions !


«Le fils de Philippe Casagrande [recruteur du FCN en région parisienne] jouait dans ce club, se souvient Matthieu Bideau, responsable du recrutement au centre. Un jour, il dit à son père :»Papa, il y a un monstre qui vient d'arriver au club !«» Quelques semaines plus tard, en décembre 2009, il débarque au FC Nantes, qui doit débourser 100 000 € (10 % à la revente future pour Moissy-Cramayel)… A ce jour, à deux ans et demi de la fin de son contrat, Djilobodji est suivi par une kyrielle de clubs. Devant cet afflux d'intérêt, le président Kita a fixé l'indemnité de départ du joueur à 20 millions d'euros minimum. Sa valeur marchande ne cesse de grimper match après match et beaucoup pensent que le FCN pourrait raisonnablement obtenir au moins 8 millions d'euros cet été…

Dimanche, contre Lorient, Djilobodji semblait être habité du don d'ubiquité en défense. Taxé de défenseur fruste à ses débuts à Nantes, il a par ailleurs beaucoup progressé dans sa relance. Son probable départ cet été va laisser un grand vide en charnière centrale. «Il va être monstrueux à l'avenir s'il progresse encore dans le placement, estime Nicolas Gillet, ancien défenseur central du FCN. Si j'avais eu sa vitesse, je me serais régalé ! Moi, je n'avais pas le droit à l'erreur… Il me fait penser à Yepes qui faisait exprès d'être en retard pour tacler !»

■ Issa Cissokho ne dit pas non à Marseille

Le latéral droit du FC Nantes, Issa Cissokho, a été annoncé du côté de la Canebière ces derniers jours. «Je suis bien à Nantes, mais s'il doit y avoir quelque chose avec l'OM, on réfléchira, a avoué, lundi midi, celui qui est sous contrat avec le FCN jusqu'en 2016. Je ne me prends pas la tête avec ça. Je n'ai pas encore eu Anigo [directeur sportif de l'OM] au téléphone. Marseille, ça reste une grosse équipe, mais pour l'instant, je suis là et on compte sur moi.»