Les défaillances en forte hausse

F. B.

— 

Audience solennelle, lundi matin.
Audience solennelle, lundi matin. — F. Elsner / 20 Minutes

Les défaillances d'entreprises ont été l'an dernier nettement plus nombreuses qu'en 2012, a annoncé lundi le tribunal de commerce de Nantes à l'occasion de son audience solennelle de rentrée. Quelque 802 procédures collectives (dont 583 liquidations judiciaires) ont été ouvertes en 2013, soit une hausse d'environ 20 %. Le volume de salariés touchés (3 910 l'an dernier) a, lui, doublé. « Ce sont les secteurs de la restauration, des métiers de bouche et les entreprises de second œuvre du bâtiment qui payent le plus lourd tribut à la crise », constate Guy Lézier, président du tribunal de commerce.

« Lourdeur des charges »


Si la majorité de ces sociétés sont des très petites entreprises (TPE), Guy Lézier note aussi que «des entreprises de taille beaucoup plus significative et installées depuis longtemps dans le tissu économique local » sont concernées. Les liquidations de See4sys (81 salariés), Avenue des jeux (67 salariés) ou Alumarine (24 salariés) en sont l'illustration. Quant aux immatriculations de nouvelles sociétés commerciales, elles sont en baisse pour la troisième année consécutive. « Même si la gravité est moindre qu'ailleurs, on voit que nos entreprises n'arrivent pas à se refaire une santé, déplore Jean-François Gendron, président de la chambre de commerce et d'industrie (CCI). Je ne peux m'empêcher de faire le lien avec la lourdeur des charges sociales en France. Il faut que l'Etat envoie des signes encourageants pour ne pas s'installer dans une morosité. »