Un hammam géant sous le Lieu unique

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Il sent pour l'heure un peu la peinture, pas encore les huiles essentielles. Le hammam du Lieu unique ouvre ce matin. Habillé de délicates faïences arabes, décoré de grands photophores, il s'étend au sous-sol de l'ancienne biscuiterie du quai Ferdinand-Favre, sur près de 700 m2.

Respectant la tradition orientale, il comprend des salles de sudation de différentes températures, des espaces de soin et de détente. « Dès l'origine du Lieu unique, nous avions l'envie que le sous-sol devienne un hammam, raconte Jean Blaise, le directeur du site. Cela nous aura pris six ans. Il nous fallait trouver le promoteur privé capable d'investir dans un tel projet ». Le choix s'est porté sur Kader Châa, directeur de Zeïn, une enseigne de lieux haut de gamme consacrés au bien être. Zein a déjà à son actif, à Lille, la transformation d'une ancienne filature de lin en hammam traditionnel. A Nantes, l'entreprise a pris seule en charge les 850 000 euros du projet.

Pour la scène nationale, l'objectif affiché est d'attirer un nouveau public. « Le Lieu unique a la particularité d'accorder beaucoup d'importance aux espaces de vie : bar, librairie, aujourd'hui hammam, commente Jean Blaise. Ils créent des flots continus et permettent de sensibiliser des publics qui n'auraient pas franchi les portes d'un établissement culturel moins ouvert ». Ouvert, mais pas forcément bon marché : l'entrée du nouveau hammam a été fixée à 18 euros pour le grand public.

Guillaume Lecaplain

Annoncé comme le plus grand de France, le hammam du Lieu unique est pourtant plus petit, en surface, que celui de Boulogne-Billancourt (900 m2). Il y a une subtilité : l'espace dédié au hammam est bien plus grand, au Lieu unique.