Le breton sera-t-il de nouveau parlé à la fac ?

Julie Urbach

— 

Tudi François-Merlet.
Tudi François-Merlet. — F.Elsner / 20Minutes

On l'enseigne à la fac de Brest, de Rennes, et depuis cette année à Vannes. Même Harvard s'y intéresse… Pourtant, à l'université de Nantes, la langue bretonne ne fait pas partie des cours proposés aux étudiants. « Cela fera bientôt dix ans qu'on ne l'enseigne plus ici », regrette Tudi François-Merlet. Le jeune homme de 22 ans appartient au Collectif pour le retour de l'enseignement du breton à l'université de Nantes, monté il y a quelques semaines. Ses principales revendications : la création d'une licence de breton ainsi que la mise en place de cours optionnels pour débutants et confirmés.

Un atout pour travailler


Si l'enjeu est d'abord la promotion de la diversité culturelle, le collectif assure que la maîtrise de la langue bretonne est aujourd'hui, et pour les années à venir, un atout pour trouver du travail. En effet, selon l'Office public de la langue bretonne, 1 300 emplois nécessitaient la connaissance de cette langue en 2012 (soit une augmentation de 40 % en six ans), notamment dans les secteurs de l'enseignement, l'administration et la petite enfance. « Même dans le privé, il y a de plus en plus de signalisation bilingue dans les entreprises », ajoute Tudi.

Des arguments qui ne semblent, pour le moment, pas avoir trouvé écho auprès de la présidence de l'université. Le collectif compte développer son action en organisant des événements, réunions publiques et « cours sauvages » sur le campus. Certains de ses membres pourraient aussi se présenter aux élections étudiantes.

■ Ecoliers bilingues

Cette année, 505 petits Nantais apprennent le breton à l'école, selon l'Office public de la langue bretonne. Nantes est la quatrième ville bretonne en terme d'effectifs d'élèves bilingues.