Un simple rouxde secours ?

David Phelippeau

— 

Il reste deux minutes à jouer, mardi soir, Nantes va concéder un petit point contre un cancre du championnat, Valenciennes. Sur un ultime corner frappé par Bessat, Fernando Aristiguieta (21 ans) - surnommé El Colorado (le roux) - surgit et crucifie du droit Penneteau. «Je suis attaquant, j'ai besoin de marquer», reconnaît l'intéressé. Il ne l'avait d'ailleurs pas fait depuis le 25 septembre (but contre Nice). Un mutisme de plus deux mois qui l'a conduit tantôt sur le banc, tantôt en CFA.

Nonchalant dans le jeu


«Il est décrié mais c'est un tueur devant le but», le défend pourtant son coach Michel Der Zakarian. Un tireur fou comme la saison dernière (8 buts en 17 matchs) mais souvent un tireur mou. Nonchalant et fruste balle au pied, le Vénézuélien irrite. «Il est combatif, volontaire, mais très perfectible sur le plan technique, estime l'ancien joueur du FCN, Olivier Quint, aujourd'hui consultat sur France Bleu Loire-Océan. Il ne deviendra jamais fin techniquement. Mais, moi, j'aime sa spontanéité quand il entre en jeu.»

Der Zakarian aussi. Il ne l'a titularisé que trois fois depuis le début de la saison. A tel point qu'on peut se demander si le Vénézuélien, qui a signé pour quatre ans cet été, n'aurait pas intérêt à changer d'air. «Je ne veux pas quitter le FC Nantes maintenant, répond-il. Mon esprit est ici. Après, si je venais à ne plus avoir de temps de jeu, je pourrais penser à un départ.» Autre écueil pour lui : sa compatibilité avec Djordjevic ne saute pas aux yeux. «Ils ne sont pas complémentaires, insiste Quint. C'est impossible de jouer avec les deux dans la profondeur. Sur la durée, on ne peut pas continuer avec les deux ensemble...» Aristeguieta, encore en roux de secours alors ?

■ Le Serbe Filip Djordjevic perturbé ?

Trois matchs sans but. L'attaquant ne marque plus et n'est pas auteur de très bonnes performances. Est-il perturbé par l'intérêt qu'il suscite auprès de nombreuses formations ? Une demi-douzaine de clubs anglais était présente, mardi soir. Certains envisageraient même de le recruter dès janvier. «S'il n'est pas bon, il sortira de l'équipe comme les autres, a dit, mercredi, le coach Michel Der Zakarian. Ce n'est pas parce qu'il s'appelle Djordjevic…»