Justicières des chiens et chats battus

Guillaume Frouin

— 

Le labrador sauvé il y a dix jours à Saint-Sébastien, où il vivait confiné sur un balcon, pesait 11 kg au lieu de 35.
Le labrador sauvé il y a dix jours à Saint-Sébastien, où il vivait confiné sur un balcon, pesait 11 kg au lieu de 35. — F. Elsner / 20 Minutes

Retour de bâton pour les mauvais maîtres : depuis peu, Urgence Maltraitance Animale retire les animaux battus au domicile de leurs propriétaires. Ses bénévoles —toutes des femmes— effectuent leurs tournées deux fois par semaine, par équipes de deux, après avoir été alertés par des proches ou des voisins. « Deux fois sur trois, c'est infondé : on est parfois appelées pour de petites vengeances personnelles », convient Stéphanie, la présidente de l'association. Mais, le reste du temps, le jeu en vaut la chandelle. Comme il y a dix jours, à Saint-Sébastien, où un labrador cadavérique a été retrouvé sur un balcon... « Il pesait 11 kg au lieu de 35 », se désole cette Nantaise de 38 ans. « Son maître avait bien un sac de croquettes chez lui, mais il voulait se débarrasser de son chien... »

Profils sociaux très divers


Pour agir ainsi, Urgence Maltraitance Animale n'a pas de mandat particulier. « Pour les cas graves, on propose un retrait amiable au propriétaire : soit il nous cède l'animal et on en reste là, soit on porte plainte », résume sa présidente. En cas d'absence, et « si la vie de l'animal est en danger », l'association appelle la police.

Une soixantaine de chiens, chats et autres cochons d'Inde sont ainsi retirés chaque année, pour des cas de maltraitances, de malnutrition et/ou de mauvaises conditions de vie. « Avant, on n'intervenait pratiquement que dans les quartiers sensibles », observe cette ancienne bénévole de la SPA, qui a elle-même quatre chiens et six chats chez elle. « Désormais, on vient un peu chez M. et Mme Tout-le-Monde : l'an dernier, par exemple, on a retiré un labrador à de»bons bourgeois«... Aujourd'hui, je ne pourrais pas arrêter cette activité : après tout ce qu'on a vu, on n'est plus capable de fermer les yeux. »

■ Appel aux « familles d'accueil temporaire »

Après avoir retiré l'animal à son propriétaire, Urgence Maltraitance Animale le conduit chez un vétérinaire, puis au refuge de la SPA à Carquefou. Faute de place, l'association recherche des « familles d'accueil temporaire » pour accueillir les bêtes avant de leur trouver un adoptant définitif. Contact : urgencemaltraitanceanimale@gmail.com ou 07 81 18 13 93.