Les lycéens ont haussé le ton

Frédéric Brenon

— 

En centre-ville, jeudi midi.
En centre-ville, jeudi midi. — F. Elsner/20 Minutes

Une centaine de lycéens ont défilé jeudi dans les rues de Nantes pour protester « contre les expulsions d'élèves immigrés ». Le mouvement, qui réunissait notamment des lycéens de Monge, Guist'hau, Livet, Jules-Verne ou Vial, est né en réaction à l'expulsion de la jeune rom Leonarda le 9 octobre dernier. « L'accumulation des expulsions devient insupportable. Je préférerais rester en cours mais, à un moment, il faut savoir prendre ses responsabilités pour dire ça suffit », explique Manon, en première.

Plusieurs dégradations


« Tout le monde a droit à l'éducation, même les sans-papiers », renchérit Mathis, en seconde. Léa, en terminale, espère créer une « révolte contagieuse », alors que la mobilisation semble plutôt en perte de vitesse dans les autres villes françaises. D'autres lycéens expriment plus simplement une « colère contre le racisme » après les attaques visant la ministre Christiane Taubira. La manifestation a toutefois été le théâtre de plusieurs dégradations (poubelle brûlée, voiture retournée, vitres brisées…) en matinée. Dix lycéens ont été interpellés, quatre placés en garde à vue.