Une extension du busway en projet

Frédéric Brenon

— 

Aménagé en 2006, le terminus de la place Maréchal-Foch est provisoire.
Aménagé en 2006, le terminus de la place Maréchal-Foch est provisoire. — F. Elsner/20 MInutes

Lancée fin 2006, la ligne 4 de busway jouit depuis d'un véritable succès populaire. A tel point que de plus en plus de voyageurs réclament aujourd'hui un allongement de son tracé qui relie, sur 7 km, la porte de Vertou à la place Maréchal-Foch. Ça tombe bien, Nantes métropole y pense aussi. « On mène une réflexion pour une prolongation par le nord, confie Eric Chevalier, directeur des déplacements à Nantes métropole. C'est une perspective prévue par le plan de déplacements urbains. Il était établi que le terminus de la place Foch était provisoire. »

L'extension, qui devrait être inférieure à deux kilomètres, pourrait rallier les rues de l'Hôtel de ville et Paul-Bellamy. « C'est un scénario possible, confirme le directeur. Mais il y a plusieurs autres pistes. » Une avancée vers Sully-Pont-Morand serait également envisagée, de même qu'une prolongation vers Calvaire-Delorme. Une expansion vers l'est (Gambetta-Dalby) semble en revanche écartée. « L'objectif est de conforter le maillage du réseau en réfléchissant aux connexions supplémentaires possibles, avec la ligne 2 en particulier. On ne pourra choisir un tracé que s'il apporte une garantie de régularité et de fréquence  », poursuit Eric Chevalier. Une décision devrait être prise au prochain mandat. « Il faut d'abord un peu plus de vécu sur nos lignes Chronobus. Et répondre aux problèmes de capacité actuels du busway», estime Alain Boeswillwald, directeur de la Tan.

Au nord plutôt qu'au sud


Et quid de l'extrémité sud de la ligne 4? « Il n'y a pas de projet », affirme, catégorique, Eric Chevalier. Le maire UMP de Vertou, Laurent Dejoie, avait fait campagne en 2008 pour une poursuite jusqu'au centre-bourg. Candidat à sa succession, Rodolphe Amailland (UMP) se dit, lui aussi, « plutôt partisan » d'une telle jonction. « La métropole doit avoir à l'esprit la notion de solidarité envers les autres communes, considère-t-il. Mais, de toute façon, je doute que les finances communautaires permettent cette extension. Cela vaut aussi pour le nord d'ailleurs. » .

■ Saturation

Avec 7,5 millions de voyages l'an passé, le busway frise déjà la saturation. Des renforts ont été mis en place depuis la rentrée. La solution passe désormais par des véhicules plus grands.