Le «H» ne connaît pas la crise ?

— 

L'Espagnol Jorge Maqueda.
L'Espagnol Jorge Maqueda. — F. Elsner/20minutes

Cinq défaites en douze matchs depuis le début de la saison toutes compétitions confondues. Le HBC Nantes tourne au ralenti. Dimanche, il a trouvé le moyen d'anéantir déjà un des objectifs du club : la Coupe de la Ligue. Les Nantais ont été sortis (25-30) à Beaulieu par leur bête noire Dunkerque, trois jours après avoir chuté en championnat à Chambéry. Le «H» est seulement 6e de LNH.

Les joueurs majeurs dans le dur

Alors, c'est la crise ? «Je ne connais pas la définition du mot»crise«, estime le président Gaël Pelletier. C'est un moment difficile oui. On savait que ça allait arriver un jour. On ne pensait pas nécessairement que ça arriverait cette saison car on possède cette année la meilleure équipe de l'histoire du club.» Point d'éclat de voix du coach, point de coup de gueule de la présidence. «Ça ne sert à rien de leur mettre la tête sous l'eau, estime le président. Nos joueurs ne sont pas des tricheurs.» En attendant, certains joueurs cadres (Maqueda, Entrerrios...), qui masquaient par leurs performances une certaine insuffisance collective la saison dernière, ne sont moins tranchants. N'est-il pas là le fond du problème ? Gaël Pelletier s'inscrit en faux. «C'est un raccourci de dire ça. On a des joueurs majeurs à tous les postes. On a l'équipe la meilleure et la plus équilibrée qu'on n'ait jamais eue au club.» La direction refuse donc de tirer la sonnette d'alarme. En cas de revers, contre Saint-Raphaël, vendredi, le discours pourrait changer. D. P.