Pour les opposants, l'étude de la DGAC est « partiale et exagérée »

F. B.

— 

Le collectif d'élus et le collectif des pilotes opposés au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes considèrent que l'étude de bruit dévoilée lundi est « entachée d'exagération ». « Que ce soit sur les scénarios d'atterrissage ou sur l'évolution technologique des avions, la DGAC a retenu dans ses calculs les hypothèses les plus pénalisantes pour l'avenir de Nantes-Atlantique », critique Hervé Thebaud, pilote, lequel dénonce « une volonté d'affoler la population ».

Pour étayer leur propos, les opposants s'appuient sur une contre-étude récente d'un cabinet néerlandais indépendant. Celui-ci retient le même trafic prévisionnel que la DGAC, mais parvient à un résultat diamétralement différent puisque les nuisances sonores sont moindres que dans le plan d'exposition au bruit actuel ! « La DGAC fait preuve de partialité. Elle oriente ses résultats en faveur du projet de Notre-Dame-des-Landes. C'est assez triste », estime aussi Geneviève Lebouteux, conseillère régionale EELV.

Les deux collectifs et la DGAC ont prévu de se revoir le 27 novembre pour confronter leurs arguments.