Une guerre de succession à la barre

— 

Il était venu « régler des problèmes de notaire ». Dominique, un menuisier au chômage de 50 ans, est jugé depuis jeudi par la cour d'assises de Loire-Atlantique pour avoir tenté de tuer son frère en janvier 2012, à Nantes. Le cadet, frappé de coups de couteau au ventre, avait dû signer deux chèques en blanc : avant son décès, leur mère avait souscrit une assurance-vie de 5 000 € à son profit. L'accusé était ensuite reparti sans alerter les secours.

Un contrat qui avait alimenté un contentieux plus ancien, dans lequel la compagne de Dominique était partie prenante... Celle-ci aurait ainsi été « traitée de salope » au téléphone par la victime. Cette femme « à fort caractère » avait déjà été « insultée » par sa belle-mère, de son vivant, quand Dominique avait quitté le cocon familial à 27 ans pour vivre avec elle. « C'était la catastrophe pour ma mère : elle voulait absolument garder ses enfants auprès d'elle », se souvient l'accusé. Verdict ce vendredi. G.F.