L’ex-banquière plumait ses victimes

— 

Le défilé des victimes. Une soixantaine de personnes sont venues témoigner aujourd’hui à la barre du tribunal correctionnel de Nantes, après avoir été “arnaqués” par Marie-Jeanne P. Entre 1994 et 2003, cette ex-banquière de 53 ans s’était ainsi vu confier
3 millions d’euros par sa famille, ses proches ou ses anciens clients. Elle leur faisait miroiter de juteux placements bancaires, rémunérés à 6 ou 12 %. Parmi ses victimes, on retrouve notamment son ex-mari, son compagnon de l’époque ou encore sa propre fille. Tous ignoraient qu’elle avait déjà été licenciée en 2000 pour “ faute grave ” par son employeur, en raison de ses pratiques douteuses.

“Elle nous disait qu’elle les plaçait en Bourse”, rapporte une assistante maternelle de Machecoul, qui a ainsi perdu près de 60.000€. “ Quand on demandait à retrouver notre capital, elle nous répondait que la Bourse allait mal et que ce n’était pas le moment de retirer. Nous, on la croyait : on n’y connaît pas grand’chose dans les trucs de banque. ” Jacqueline, également assistante maternelle, a elle perdu 22.000€. “ Après les attentats de New-York, elle m’a fait souscrire un contrat d’assurance-vie. Mais en 2003, je suis allé voir la compagnie, place Graslin. Ils n’avaient jamais entendu parler de moi, ni à Nantes ni à Paris ! ”.
De fait, l’argent détourné avait servi à rembourser les premières victimes. Certaines, d’ailleurs, l’ont même été intégralement. “ Ils me harcelaient ”, explique à la barre Marie-Jeanne P. “ Quand les gens campaient en camping-car devant chez vous pour repartir avec leur argent, vous leur rendiez ; en revanche, quand les victimes ne vous posaient pas de questions, vous ne leur donniez rien ”, résume le président du tribunal. La prévenue acquiesce.

Guillaume Frouin