En 2008, «Culture(s)» était en lice aux municipales

— 

Nantes ne sera pas la seule ville de France à avoir son «maire de la nuit» : à Paris et Toulouse, une élection aura lieu simultanément. L'idée, née à Amsterdam (Pays-Bas) il y a une dizaine d'années, a en tous cas reçu le soutien de la liste «Culture(s)», qui avait récolté 1, 80 % des voix au premier tour des élections municipales de 2008 à Nantes. Celle-ci – qui se voulait «le poil à gratter» de la campagne électorale – se battait déjà pour défendre la vie culturelle nocturne.

Du «lobbying parallèle»


Sa tête de liste, Pierre Combarnous, alias «Monsieur Mouch», préférerait toutefois que le prochain «maire de la nuit» se présente aux municipales. «Le seul truc qui fait flipper les élus, c'est de ne plus être élu… C'est dans ces moments-là qu'ils t'écoutent», estime ce conteur de 36 ans. «Une vraie candidature dans la campagne régulière fera davantage bouger les lignes que du lobbying parallèle : lors de l'élection présidentielle de 2007, tous les candidats étaient d'accord avec le» Pacte écologique «de Nicolas Hulot, mais, depuis, il a été bien oublié…»