Le stade couvert est ouvert

Frédéric Brenon

— 

La nouvelle salle nantaise est la première du genre dans le Grand Ouest.
La nouvelle salle nantaise est la première du genre dans le Grand Ouest. — F. Elsner / 20 MInutes

Il s'appelle Pierre-Quinon, en hommage au perchiste champion olympique en 1984. Le premier stade couvert d'athlétisme du Grand Ouest a été inauguré samedi à Nantes. Situé près de l'hippodrome, il dispose d'une salle principale (4 500 m2) dotée d'un anneau de six couloirs de 200 m relevés, huit aires de saut et de lancer, huit lignes droites pour le sprint, et d'une salle secondaire (2 100 m2) dédiée à l'échauffement. Pouvant recevoir des compétitions, il sera surtout utilisé pour l'entraînement des étudiants et clubs d'athlétisme. Ces derniers, qui totalisent 20 000 licenciés en Pays de la Loire, réclament en effet un tel équipement depuis près de trente ans.

Fini l'exil des athlètes


« L'absence de stade couvert nous faisait perdre des licenciés dans certaines spécialités chaque hiver. Nos meilleurs athlètes s'exilaient pour trouver de meilleures conditions. Cette salle magnifique, l'une des mieux équipées en France, nous permettra de les fidéliser et de se développer », s'enthousiame Jean-Pierre Fournery, président de la ligue régionale d'athlétisme. Seul bémol de cette enceinte à 19 millions d'euros : les gradins d'une capacité de 532 places. Insuffisant pour accueillir des championnats de France élites ou de grands meetings internationaux.

■ Photovoltaïque

Grâce à l'installation de 4 000 m2 de panneaux solaires sur son toit, ce qui en fait l'une des plus grandes centrales photovoltaïques urbaines de France, le stade produit plus d'énergie qu'il n'en consomme.