La biennale en rythme de croisière

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

« Puissant, troublant, beau, fascinant... » Jean Blaise, directeur du Lieu unique, n'a pas manqué de qualificatifs hier pour décrire l'estuaire de la Loire, qui relie Nantes à Saint-Nazaire. Il présentait la biennale Estuaire qui se déroulera en 2007 (puis 2009 et 2011), pendant trois mois, du 1er juin au 1er septembre. L'idée : proposer à des artistes, pour la plupart de renommée internationale, de créer des oeuvres sur les rives de l'estuaire, sur ou dans l'eau, certaines pérennes, d'autres éphémères.

« Il ne s'agit pas seulement d'un projet artistique, tient à souligner Jean Blaise. Cela va provoquer du développement et permettre de poser un autre regard sur l'estuaire. » Tout au long d'un parcours de 60 km, les visiteurs pourront admirer des oeuvres originales. « Nous avons fait en sorte que celles-ci soient toujours spectaculaires, ludiques, étonnantes et très accessibles au public », insiste le directeur. Exemple avec la construction, autour de la fontaine de la place Royale, d'une chambre d'hôtel habitée le soir et visitée la journée. Ou encore un alignement d'anneaux métalliques, illuminés la nuit, le long de l'île de Nantes. Ou enfin la possibilité d'effectuer une croisière fluviale de trois heures sur un bateau entièrement relooké, à la découverte du patrimoine et de l'histoire de l'estuaire.

Une manifestation qui va coûter la bagatelle de 7,5 millions d'euros, mais dont les organisateurs attendent d'importantes retombées économiques et 500 000 visiteurs, dont près d'un tiers venus de l'étranger.

Johann Pailloux