Nantes beaucoup trop à mi-temps

David Phelippeau, avec S.M. à Lyon

— 

Jordan Veretout, ici face à Samuel Umtiti, a inscrit le but nantais.
Jordan Veretout, ici face à Samuel Umtiti, a inscrit le but nantais. — C. Villemain / 20minutes

Contre les gros, le FCN manque de constance dans l'effort. Fin août, les hommes de Der Zakarian avaient bringuebalé (1-2) l'ogre parisien pendant près d'une heure. Dimanche, à Gerland, ils ont fait vaciller l'OL durant une mi-temps avant de craquer après la pause (3-1).

Avec un Veretout placé derrière le seul Djordjevic en pointe, Nantes attaque cette rencontre avec beaucoup de culot offensif. A la 5e minute, gêné par le soleil, Lopes, le gardien lyonnais, relâche un ballon anodin dans les pieds de Djordjevic qui marque… L'arbitre invalide pourtant le but nantais. Michel Der Zakarian a bien du mal à digérer cette mauvaise décision. « Je pense qu'il y a but. Le gardien commet une boulette. Je ne vois pas pourquoi le juge de touche lève le drapeau. Il signale je ne sais quoi… » Ce coup du sort ne rompt pourtant pas l'allant nantais. Deaux fait frissonner Gerland d'une belle demi-volée (8e). Nantes joue sans complexe. A l'image de Cissokho, grillant la politesse à l'arrière-garde lyonnaise et adressant un caviar sur la tête de Veretout, qui ouvre le score pour le FCN (0-1, 24e). Le bonheur est de courte durée. Gomis profite d'une approximation de la défense nantaise pour crucifier Riou trois minutes plus tard (1-1, 27e).

Un FC Nantes victime du talent lyonnais


« On prend trop vite ce but égalisateur, regrette Der Zakarian. C'est l'apprentissage de la L1. Mais il faut qu'on apprenne vite et on ne doit pas trop regarder les autres… » Après la pause, Nantes devient en effet spectateur du talent lyonnais. Grenier l'incarne avec un coup franc magistral dans le but de Riou (2-1, 55e). L'audace nantaise a disparu pour laisser place nette à de l'attentisme. Comme sur le troisième but de Briand qui trompe Riou d'une petite aile de pigeon au milieu de plusieurs Nantais (3-1, 73e). « On est en progrès collectivement, mais il ne faut pas faire de cadeaux », concède le coach. Nantes rétrograde à la 12e place de L1 avant la venue de Nice, mercredi.

■ Humour rennais

L'affiche du derby Rennes-Nantes (dimanche prochain) est amusante. On y voit deux canards, un noir et un jaune, sur le point de s'embrasser avec cette phrase : « 5 ans d'abstinence, c'est long. »