Affaire Touré : rien n'est fini

David Phelippeau

— 

Le milieu de terrain Abdoulaye Touré, le joueur au milieu de cette affaire.
Le milieu de terrain Abdoulaye Touré, le joueur au milieu de cette affaire. — A. Duret/FC Nantes

Vendredi, la Commission supérieure d'appel (CSA) de la Fédération française de football a rejeté l'appel du FC Nantes concernant le cas Abdoulaye Touré. Pour rappel, le milieu de terrain a joué contre Bastia, lors de la première journée de Ligue 1, alors qu'il était suspendu selon la FFF. Le FC Nantes, qui pourrait perdre ses trois points du succès, a engagé des recours et compte démontrer, qu'en matière administrative, toute notification se fait par une lettre recommandée avec accusé de réception. Ce que ne fait pas la FFF pour prévenir les joueurs de leur suspension. Retour sur une affaire qui pourrait encore durer, avec l'avocat du FC Nantes Jean-François Klatovsky.

Une décision de la FFF attendue. L'avocat nantais n'a pas vraiment été surpris par la décision prise par la FFF, vendredi. « Quand vous saisissez cette CSA, elle rejuge la décision et vous auditionne, explique Maître Klatovsky. Sauf que là, ils ont choisi un biais plus simple. Ils ont juste regardé le problème du délai. Ils ont considéré qu'on n'a fait pas appel dans les dix jours donc ce dernier est irrecevable. Ce qu'ils oublient c'est que, nous, on ne nous a jamais notifié la suspension du joueur, donc le délai court toujours… La FFF n'a pas étudié le dossier. Elle est dans un système de dénégation totale. » La LFP peut désormais retirer les trois points au FC Nantes. Quand va-t-elle le faire ? « Il n'est pas sûr que la Ligue ait intérêt à se prononcer avant la fin du championnat. Tant qu'il n'y a pas de décision définitive, la LFP n'a aucune raison de se presser sur le retrait des points. »

Le FC Nantes va saisir le CNOSF et le tribunal administratif. Le club nantais a décidé de faire un recours à la fois devant le Comité national olympique et sportif et le tribunal administratif de Nantes. Le CNOSF n'est pas une instance qui impose. C'est une commission de conciliation. Elle peut proposer une solution et chacune des parties est libre d'accepter ou non. Dans cette affaire, la conciliation semble impossible. « La FFF va nier jusqu'au bout et attendre qu'on lui impose quelque chose », explique Klatovsky. Quant au TA, le club va faire un référé-suspension pour accélérer la procédure. « Ça peut aller vite, deux mois peut-être… », estime l'avocat. En ultime recours, le FC Nantes pourrait saisir le Conseil d'Etat.

L'avis de l'avocat. « Je ne vois pas comment le TA peut nous donner tort. La FFF est dans une situation intenable et pratique la politique de l'autruche. Notre position est béton. la seule solution pour la FFF c'est d'attendre... »