«Je ne m'attendais pas à être en Bleu si vite»

Propos recueillis par David Phelippeau

— 

Le central du NRM Jonas Aguenier.
Le central du NRM Jonas Aguenier. — F. Elsner/20minutes

Jonas Aguenier, 21 ans, n'est pas près d'oublier son été 2013. Pour lui, ce dernier restera à jamais le début son histoire avec l'équipe de France de volley-ball. En juillet, Laurent Tillie, le sélectionneur, le convoque pour un stage et lui annonce à la fin de celui-ci qu'il le garde pour une tournée en Bulgarie. Depuis, le central du Nantes Rezé Métropole voit la vie en Bleu. Pour son plus grand bonheur mais aussi sa plus grande surprise. Il joue, ce mercredi (20 h), contre le Canada, à Saint-Nazaire.

Quelle a été votre réaction quand vous avez appris que vous restiez dans le groupe à l'issue du stage ?

J'étais partagé. C'était super bien car être gardé m'offrait 90 % de chances d'aller à l'Euro (fin septembre en Pologne et au Danemark). En revanche,

j'étais triste pour Franck Lafitte (autre central) qui n'était gardé.

Vous semblez surpris

de faire partie du groupe ?

J'étais un peu «la surprise» de l'été. Je suis remplaçant en club et il y a des joueurs meilleurs et plus expérimentés que moi… La raison ? Le sélectionneur a considéré que j'avais fait un bon stage et il veut peut-être donner un nouveau souffle avec des jeunes. Je m'étais fixé cet objectif d'aller chez les Bleus mais je ne m'attendais pas à y être si vite. Ce n'est pas un aboutissement. Je veux aller chercher plus de temps de jeu dans les années à venir.

Qu'est-ce qui vous étonne le plus ?

Même aux entraînements, le niveau de jeu est vraiment très fort. En attaque, c'est difficile de mettre le ballon par terre… Tout va plus vite. Même lors des petits matchs entre nous, ça se tire la bourre.

■ Revanche à Mangin

L'équipe de France et celle du Canada se retrouveront, dès vendredi soir (20 h), à Mangin.