Nantes

Vingt-quatre heures de massacre à la souris

Entre deux bouchées de chips, on s'entretue. Les yeux rivés sur l'écran, la main accrochée à la souris et le casque sur les oreilles, plus de 150 joueurs ont participé, samedi dès 9 h, à la 17e Nantaréna, un tournoi de jeux en réseau organisé par l'E...

Entre deux bouchées de chips, on s'entretue. Les yeux rivés sur l'écran, la main accrochée à la souris et le casque sur les oreilles, plus de 150 joueurs ont participé, samedi dès 9 h, à la 17e Nantaréna, un tournoi de jeux en réseau organisé par l'Ecole polytechnique de Nantes. Vingt heures durant, les participants – dont seulement six filles – se sont affrontés par ordinateur interposé, notamment à « Counter Strike », un jeu de stratégie en équipe où il faut se cacher tout en essayant de dégommer ses adversaires.

La concentration est palpable. Au pied de chaque sniper virtuel, nourriture et sodas s'agglutinent. Objectif : tenir toute la nuit. La délivrance est pour dimanche matin, 6 h. « Après un tournoi comme celui-là, on en a plein les yeux. On ne peut plus jouer pendant deux ou trois jours... » raconte Bérenger, 22 ans. Comme lui, la plupart des joueurs sont des élèves de « Polytech ». Certains sont lycéens ou viennent d'autres filières. Peu ont dépassé les 25 ans.

G. L.