Le grand jour des enfants sourds

Guillaume Frouin

— 

Eglantine Silvestre est venue de Rouen pour enseigner à Saint-Philbert.
Eglantine Silvestre est venue de Rouen pour enseigner à Saint-Philbert. — F. Elsner / 20 Minutes

Mardi, une classe pas comme les autres a fait sa rentrée à l'école publique de Saint-Philbert-de-Grandlieu. « Unique dans l'Ouest », elle accueille six enfants sourds – issus de trois fratries – de la petite section au CE2. Tous y suivent les programmes de l'Education nationale, enseignés en Langue des signes française (LSF). Un beau projet, que l'Association des parents d'enfants sourds (Apes) de Loire-Atlantique a mis quatre ans à faire émerger… Elle a débloqué la situation il y a un an, en sollicitant Monique Rabin, députée-maire (PS) de la commune, lors de la campagne des élections législatives.

Comme pour le breton


Cette classe bilingue – comme il en existe déjà pour le breton ou le basque – a aussi trouvé cet été sa perle rare : Eglantine Silvestre, 38 ans, est venue exprès de Rouen (Seine-Maritime) pour enseigner ici. « Ce projet est une avancée pour la communauté sourde, qui a longtemps été délaissée » explique cette ancienne interprète en LSF. « Jusque-là, les enfants sourds étaient scolarisés dans des classes entendantes, avec une traduction simultanée en langue des signes par des AVS (Aides de vie scolaire)… Mais cela restait un enseignement de bricolage, qui ne mettait pas les enfants en situation de réussite. »

Bien intégrés à la récré


Pour sa rentrée, la professeure des écoles – aidée de deux AVS sourdes – a donc fait le tour des autres classes pour présenter ses six élèves. « J'ai demandé aux miens de ne pas les laisser seuls ou isolés à la récré », confie Delphine Thébault, enseignante en CM1 et directrice de l'école Jacqueline-Auriol. « Autour d'un jeu de billes ou d'un ballon, c'est plus simple pour eux : les enfants ne se mettent pas autant de barrières que les adultes. C'est comme s'ils jouaient avec des enfants étrangers dans un camping… » De fait, des parties de cache-cache mutuelles se sont improvisées pour la première récré.

L'arrivée des petits sourds va aussi conduire l'école à équiper ses salles d'alarmes lumineuses, en cas d'incendie. Sa directrice espère aussi mettre en place un atelier d'initiation à la LSF pour les enfants entendants, après les cours, dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires… Elle aimerait aussi y former les cantinières et les Atsem (Agents spécialisés des écoles maternelles).