Nantes Rezé a changé de statut

— 

Lors de la reprise du NRB, lundi.
Lors de la reprise du NRB, lundi. — F. Elsner/20minutes

Même s'il manquait deux recrues (l'Américaine Hampton et l'Anglaise Handy), c'était la reprise officielle de l'entraînement pour les filles de Nantes Rezé, lundi matin, à Mangin-Beaulieu. L'occasion de voir de nouvelles têtes mais aussi de fixer déjà quelques objectifs. «Faire les play-offs, une demi-finale de Coupe d'Europe et retourner en finale à Bercy (Coupe de France), annonce, sans hésiter, le coach du NRB Emmanuel Coeuret. On doit être plus exigeants et rigoureux que la saison dernière.»

Le club nanto-rezéen ne se cache pas. «Le groupe est plus fort que la saison dernière, poursuit Coeuret. Nos étrangères, l'année dernière, n'étaient pas au niveau de nos Françaises, même Ray Charles l'aurait vu… Par ailleurs, le fait qu'on garde l'ossature française (Aubert, Michel, Amant…) est un atout et pas une faiblesse. Il y a des gens qui nous craignent un peu plus maintenant…» Cette stabilité de l'effectif s'accompagne d'un changement de statut, selon l'entraîneur de Nantes Rezé. «L'année dernière, on était outsider, là, on va être davantage attendus car on a construit quelque chose qui a de la gueule.» Pour le NRB, la compétition débutera le 6 octobre, à Paris, contre Le Hainaut. D.P.