Trouver l'amour entre Nantais

Frédéric Brenon

— 

Le site offre les consommations lors du premier rendez-vous dans un bar.
Le site offre les consommations lors du premier rendez-vous dans un bar. — F. Elsner/20 Minutes

Al'ombre des mastodontes meetic.fr, adopteunmec.com et autres easyflirt.com, un nouveau site de rencontres 100 % local tente de se faire une place : trouvetonpetitlu.fr. Lancée lundi dans sa version officielle, cette plateforme est dédiée aux célibataires de l'agglomération nantaise exclusivement.

Les femmes chouchoutées


« Je me suis rendu compte que beaucoup d'amies allaient sur les sites nationaux, mais limitaient leur recherche aux inscrits nantais. Elles trouvaient ces sites trop virtuels, pas assez cool. C'est comme ça que j'ai eu l'idée de créer un site simple, convivial, qui joue sur l'effet communauté. Avec dans son nom une référence sympa qui parle à tous les Nantais », explique Mathilde Porcheron, 23 ans, tout juste diplômée d'un Master dans le commerce international. Ouvert à tous les âges, trouvetonpetitlu.fr se distingue de la concurrence en proposant à ses inscrits de fournir des renseignements typiquement du cru (« Plutôt centre-ville ou Atlantis ? » « Graslin ou Bouffay ? »…). Surtout, il offre au couple les consommations de la première rencontre, via un réseau de bars partenaires. «Cela permet de dédramatiser le premier rendez-vous. Plus besoin de se demander»Où est-ce qu'on va ?«ou»Qui invite ?«. Le but est de réunir suffisamment de bars pour varier les ambiances», justifie Mathilde Porcheron.

Pour le reste, trouvetonpetitlu.fr fonctionne comme la plupart des sites du genre (chat, messages privés…). Les femmes sont chouchoutées, car l'inscription est gratuite et la possibilité de refuser une demande de contact leur est réservée. Pour les hommes, l'inscription coûtera 29 €. Mais l'accès est libre pour fêter le lancement.

■ Déjà près de 400 inscrits

Au lendemain de son lancement officiel, trouvetonpetitlu.fr enregistre déjà près de 400 inscrits. De quoi bluffer sa créatrice, qui ne s'est toutefois pas fixée d'objectif. «Je ne m'attendais pas à un tel démarrage, confie Mathilde Porcheron. C'est le signe que le concept plaît. L'effet boule de neige est important pour que le site soit attractif.» Pour l'heure, les inscrits sont plutôt des trentenaires. Et, chose rare, il y a autant de femmes que d'hommes.