Un appel à projets contre le décrochage scolaire

Guillaume Frouin

— 

Chaque année, en Pays de la Loire, 5 000 jeunes quittent le système scolaire sans avoir décroché le moindre diplôme. Pour y remédier, le conseil régional a proposé l'an passé aux lycées et centres de formation des apprentis (CFA) de financer en partie leurs projets pour « prévenir le décrochage scolaire et la rupture de contrats d'apprentissage ».

Vingt-huit dossiers déposés


Le succès a été au rendez-vous : vingt-huit dossiers ont été déposés, soit deux fois plus que prévu. Du coup, un nouvel appel à projets va être lancé. « Il y a aujourd'hui beaucoup d'actions curatives, une fois que le jeune est sorti du système scolaire », analyse Matthieu Orphelin, vice-président (EELV) en charge de l'éducation. « Notre originalité est de faire ça de façon préventive, une fois que le jeune est encore à l'école. »

A Saint-Nazaire, le lycée professionnel Brossaud-Blancho a ainsi organisé en mai un stage d'une semaine pour douze « décrocheurs » potentiels, afin de leur faire « reprendre confiance en soi ». Ils ont ainsi rencontré une sophrologue pour « apprendre à bien se vider, mais pas sur quelqu'un », sourit Norah, une élue lycéenne. Mais aussi une conseillère en image, qui leur a enseigné les codes vestimentaires en entreprise… Maëva, elle, a « surmonté ses peurs » en grimpant sur un mur d'escalade. En difficulté dans sa première année de CAP Vente-Commerce, elle va désormais se réorienter dans une formation de serveuse.

■ Orientation subie

Un « recueil des bonnes pratiques » en matière de prévention du décrochage scolaire va être édité d'ici à la fin de l'année. La lutte contre « l'orientation subie » est l'une des priorités.