Une femme en grève de la faim à Pénestin

©2006 20 minutes

— 

Imbroglio judiciaire. Annick Guillaume entame son dixième jour de grève de la faim, ce matin à Pénestin, dans le Morbihan, à 80 km au nord-ouest de Nantes. Elle et son mari, promoteurs, sont aujourd'hui ruinés. Après avoir obtenu un permis de construire en 2000 et commencé les travaux de leur résidence, ils ont dû tout stopper trois ans plus tard, sur décision du tribunal administratif de Rennes. Motif : la parcelle voisine fait partie du domaine maritime. La loi littorale doit donc s'appliquer. Les époux Guillaume ont dû rembourser dix-sept acheteurs, sur les vingt-trois appartements qu'ils faisaient construire, et la banque a mis leurs biens sous hypothèque.

Un comité de soutien s'est mis en place et près de quatre cents personnes se sont rassemblées mardi autour du couple qui demande à être indemnisé. « Nous ne sommes ni responsables, ni coupables, assène Annick Guillaume, fatiguée. Je demande juste à ce que nous soyons indemnisés. Je poursuivrai ma grève de la faim jusqu'au bout. » « Il faut faire vite, s'inquiète Pierre Poncet, président de l'association de soutien. Les Guillaume n'ont plus rien à perdre. »

J. Pailloux