Vizcarrondo, premier renfort du FCN

David Phelippeau

— 

Avec ses cheveux longs, Oswaldo Vizcarrondo (n° 4) a des faux airs de l'ex-Nantais Mario Yepes.
Avec ses cheveux longs, Oswaldo Vizcarrondo (n° 4) a des faux airs de l'ex-Nantais Mario Yepes. — J. Barreto/AFP

Le mercato du FC Nantes est enfin lancé. Le club nantais tient sa première recrue. Il s'agit d'Oswaldo Vizcarrondo, un défenseur central vénézuélien (1, 91 m, 86 kg), âgé de 29 ans. L'affaire s'est conclue, mercredi matin. C'est le président du FC Nantes, Waldemar Kita en personne, qui a géré ce dossier. Cet international (45 sélections pour 7 buts) évoluait la saison dernière au CA Lanús (Argentine), avec lequel il a terminé à la troisième place du championnat. Il était prêté à ce club argentin par la formation mexicaine du Club América, auquel il appartenait depuis 2012. Le FC Nantes, qui sera le neuvième club du joueur en six ans, a donc dû payer une indemnité de transfert à hauteur de 800 000 dollars (environs 620 000 €).

L'agent de Slimani était à la Jonelière, lundi


Avec la présence de Fernando Aristiguieta et de Gabriel Cichero, Oswaldo Vizcarrondo ne devrait pas se sentir trop seul. Comme ses deux compatriotes, il est passé par le club de Caracas, avec qui le FCN semble entretenir de bons rapports. Avec ses grands compas, «el patron» – comme on le surnomme au Venezuela – aime couper les trajectoires et relancer proprement le ballon.

Le FC Nantes ne devrait pas en rester là sur le marché des transferts. Le club est en quête d'un milieu défensif, d'un milieu excentré et d'un attaquant. Pour ce dernier poste, l'entraîneur Michel Der Zakarian n'a qu'un nom en tête : celui de l'Algérien Islam Slimani, un attaquant de 25 ans. L'agent du joueur a même été reçu en début de semaine à la Jonelière par Franck Kita, le directeur général délégué. Problème, la situation contractuelle du joueur n'est pas très claire. Ce dernier estime qu'il est libre. Son club Belouizdad ne le lâchera pas sans une contrepartie financière. Le FC Nantes semble quelque peu effrayé par ce litige qui lui rappelle sans aucun doute l'affaire Ismaël Bangoura. Si le joueur est finalement considéré comme non libre, Waldemar Kita acceptera-t-il de payer les 300 000 ou 400 000 € de transfert nécessaire pour acquérir cet international algérien, cible prioritaire de Der Zakarian ? Affaire à suivre.