Le maire de Mésanger refuse de marier des gays

Guillaume Frouin (avec AFP)

— 

Ils sont prêts à le soutenir « financièrement », et à mettre leurs avocats à son service. Les organisateurs locaux et nationaux de « La Manif pour tous » sont venus mardi apporter leur soutien à Jean-Yves Clouet. Le maire (UMP) de Mésanger, près d'Ancenis, a réitéré son refus de marier cet été un couple d'homosexuels, arrivé récemment dans sa commune, comme il l'avait indiqué jeudi dans Le Figaro.

Une adjointe volontaire pour officier


Selon le quotidien, le maire et ses huit adjoints avaient invoqué « un cas de conscience » pour justifier leur refus de procéder à la célébration, dans cette « région rurale à fort ancrage chrétien ». En réalité, au moins l'une d'entre elle est prête à le faire. « Comme [le maire] ne veut pas les marier, la moindre des choses, c'est de demander à ses adjoints, avait déclaré à l'AFP Nadine You (sans étiquette). Donc moi, s'ils me demandent, je les marierai. » Le lendemain de l'article du Figaro, Jean-Yves Clouet semblait pourtant avoir abdiqué. « S'il faut marier, on mariera, on sera obligés, mais dans mes convictions, je ne suis pas d'accord », avait déclaré le maire UMP de Mésanger à la radio chrétienne Fidélité.

« Ce qui fait peur à tous les maires qui sont dans le même cas que moi, c'est les sanctions qui sont prises par l'Etat et je trouve ça scandaleux : là, c'est la dictature. » Mardi, il s'est finalement dit « certain » de ne pas célébrer, à titre personnel, le mariage de son couple d'administrés.

■ Des sanctions

Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur, a rappelé début juin que les maires qui n'appliqueraient pas la loi en refusant de marier des couples homosexuels s'exposeraient à des « sanctions importantes ».