De plus en plus d'accidents et de maladies au travail

SANTÉ es chiffres 2011 des risques professionnels sont préoccupants...

Frédéric Brenon

— 

Illustration: Une consultation chez un médecin généraliste.
Illustration: Une consultation chez un médecin généraliste. — S.ORTOLA/ 20 Minutes

 «Le travail c'est la santé », chantait Henri Salvador. Le bilan 2011 des risques professionnels en Pays de la Loire, que vient de dévoiler la Carsat, dit pourtant plutôt le contraire.

Davantage d'accidents, mais moins graves. Le nombre d'accidents de travail ayant entraîné au moins un jour d'arrêt a augmenté de 7, 6 % entre 2010 et 2011. « C'est une hausse assez élevée, commente Jean-Raymond Lanrivin, directeur des risques à la Carsat. Elle nous interpelle d'autant plus que, depuis vingt ans, on était plutôt sur une dynamique à la baisse. » Plus rassurant, le nombre d'accidents ayant provoqué une incapacité permanente partielle diminue (-2 %), tout comme les accidents mortels (-3, 6 %).

Le BTP, secteur le plus dangereux

Le secteur le plus sujet aux accidents de travail est, de loin, le BTP. Il devance le bois-textile ou le commerce. « Les principaux risques dans le bâtiment sont les chutes de hauteur et les accidents de manutention. Le métier de couvreur est, par exemple, très touché. Ce secteur reste la priorité de nos plans de prévention », insiste la Carsat.

Les maladies progressent fortement. Les maladies professionnelles indemnisées ont augmenté de 9, 92 % entre 2010 et 2011. « C'est une tendance très préoccupante, dû en partie au fait que l'on déclare et reconnaît plus facilement les maladies liées au travail. Malgré une prise de conscience, le principal problème reste les troubles musculo-squelettiques, particulièrement dans l'agroalimentaire ou la métallurgie. Les maladies et cancers dus à l'amiante, même s'ils diminuent, sont aussi un sujet. »

Des trajets domicile-travail plus sûrs. Les accidents recensés sur un trajet domicile-travail ont décliné de 7, 1 % en 2001. Les mortels ont même chuté de 10, 7 %. « Cela s'explique par la politique nationale de sécurité routière, mais aussi par l'action des entreprises qui multiplient les mesures de mobilité », se réjouit la Carsat.