Un quatrième suicide à la maison d'arrêt

— 

La série noire continue. Un détenu est mort vendredi après s'être pendu à la maison d'arrêt de Nantes. Ce drame porte à quatre le nombre de suicides recensés en seulement un peu plus de trois mois dans ce nouvel établissement. Le détenu, âgé de 28 ans, était écroué depuis 2011 et attendait son procès d'assises pour une affaire criminelle. Il aurait profité de l'absence de son compagnon de cellule pour mettre fin à ses jours avec le câble de la télévision. «  Ce détenu ne faisait pas parler de lui. Rien n'indiquait qu'il y avait un risque suicidaire », estime Samuel Gauthier, secrétaire de la CGT-pénitentiaire.

Aucune explication sur cette série macabre n'est pour l'heure avancée, le lien entre ces différents suicides étant difficile à établir avec certitude. Plus grande et plus moderne que la précédente prison du centre-ville, mais déjà surpeuplée, la maison d'arrêt de Nantes a ouvert ses portes début juin 2012 au terrain du Bêle. F.B.