«Je ne vais pas rappeler Pierre Fabre, non ?»

Propos recueillis par David Phelippeau

— 

L'entraîneur du HBC Nantes Thierry Anti préfère manier l'humour devant l'hécatombe de blessés.
L'entraîneur du HBC Nantes Thierry Anti préfère manier l'humour devant l'hécatombe de blessés. — F. Elsner / 20 Minutes

L'Europe se joue, ce jeudi soir, à l'Arena de Montpellier pour le HBC Nantes. Un nul suffit aux Nantais pour conserver leur 4e place qualificative pour l'EHF. En cas de défaite, il faudra espérer que Chambéry ne gagne pas contre Créteil. Entretien avec le coach Thierry Anti, qui doit faire face à une hécatombe au niveau des blessés…

Le défi est de taille, car Montpellier joue encore la deuxième place ?

Le problème est qu'on joue à l'extérieur et en plus pas au complet du tout. C'est un beau challenge à relever pour toute l'équipe…

Enterrios, Sayad, Borja Fernandez, Pijulet… Ça semble être mission impossible sans ces joueurs ?

C'est comme ça. Rien n'est perdu. On va jouer le coup à fond, on va le jouer avec les forces qu'on a. Même à l'Arena, devant 10 000 personnes, on n'a pas peur. Il faudra être parfait, ne pas avoir trop de déchets dans le jeu comme contre Cesson (25-25), mercredi dernier. Après, il va falloir réussir à marquer des buts en attaque placée. Si le match se joue là-dessus, il faudra qu'on ait un max de réussite

Il ne vous reste qu'un pivot valide (Mamoud Gharbi). C'est problématique ?

On va peut-être jouer sans pivot (rires). Qu'est ce que je peux y faire ? Je ne vais pas rappeler Pierre Fabre [ancien pivot de Nantes et joueur en N2], non ? Gharbi n'a pas un gabarit pour prendre l'avantage en attaque, il ne peut jouer qu'en appel de balle. On a aussi le jeune Tournat mais c'est vrai qu'à ce poste-là, on est limités…