Une jeune Nantaise violée lors d'une fête étudiante

— 

Une étudiante de 3e année de la faculté de pharmacie de Nantes a été violée, il y a un mois, lors d¹un week-end d¹intégration dans un camping de Brétignolles-sur-Mer (Vendée). L¹information, révélée ce vendredi matin par France Bleu Loire-Océan et le quotidien «Le Parisien/Aujourd¹hui en France», a été confirmée lors d¹une conférence de presse improvisée par la présidence de l'Université.

Alors qu¹elle s¹était retirée de la fête, la jeune fille a été frappée puis abusée dans son bungalow. Elle a porté plainte dans la nuit. Au petit matin, le camping a été bouclé par les gendarmes et près de soixante-dix étudiants ont dû se plier à des tests ADN. Tous les téléphones portables et appareils photos ont été saisis pour que les enquêteurs reconstituent le fil de cette soirée qui réunissait 160 étudiants de 2e et 3e année.

«Le coupable peut être un étudiant, malheureusement, mais aussi un rôdeur », a souligné devant la presse François Resche, le président de l'Université.
«L¹endroit n¹étais pas clos, et était ouvert aux gens de l¹extérieur». «Les résultats des analyses ADN ne sont pas encore connus», a ajouté Alain Truchaud, doyen de la faculté.

Les responsables de l'Université ont confirmé que l¹ambiance était «tendue» dans les amphis les deux semaines après le viol, «car les interrogatoires étaient assez intensifs», a expliqué Yves Lecointe, premier vice-président de l'université de Nantes.
La victime, elle, est revenue en cours «dès le lundi» qui a suivi son viol.
Une quinzaine d'étudiants ont accepté l'assistance psychologique proposée par l¹université dans pareils cas. Une «assistance judiciaire» a également été proposée à la victime par l'Université, mais celle-ci a préféré la «refuser».

Une information judiciaire a été ouverte par le parquet des Sables-d¹Olonne, et un juge d¹instruction a été saisi.

Guillaume Frouin