Les Canariss'y voient déjà

Julien Ropert

— 

" Ça fait du bien de voir qu'on a fait un petit trou ", se réjouit Olivier Veigneau.
" Ça fait du bien de voir qu'on a fait un petit trou ", se réjouit Olivier Veigneau. — F. Elsner/20 Minutes

Il y aura toujours les précautions de circonstance, presque par superstition. Car l'affaire n'est pas encore tout à fait bouclée. «Il reste un petit coup de collier à donner, même si ça fait du bien de voir qu'on a fait un petit trou, rappelle Olivier Veigneau. Mais il y a toujours une partie de nous qui nous dit de ne pas nous enflammer, et surtout d'enfoncer le clou face à Clermont la semaine prochaine. Et il y a des gens ici, notamment le coach, qui vont nous le rappeler…» «Aujourd'hui, la seule chose qui peut nous empêcher, c'est nous, poursuit le milieu de terrain Yohann Eudeline. Si on fait n'importe quoi... Il faut rester concentré, ne pas s'éparpiller.» Reste que la réalité, c'est qu'à moins d'un concours de circonstances très défavorables, Nantes ne semble plus pouvoir rater la montée, ce qui a fait dire au président Kita que son club avait désormais «un pied et demi en Ligue 1». Vainqueurs à Niort vendredi (0-1) malgré un match terne, les Canaris ont en outre profité des faux pas de leurs concurrents Caen, Guingamp et Angers pour s'offrir six longueurs d'avance à quatre journées de l'arrivée. Concrètement, la montée pourrait être assurée dès le déplacement nantais à Caen, pour peu que Nantes n'y perde pas, batte Clermont lundi prochain, et qu'Angers ne gagne pas ses deux prochains matchs. Et si les Canaris ne vendront certainement pas la peau de l'ours avant l'heure, l'optimisme règne à la Jonelière.

97 % de chances de monter


«Nous sommes comme sur une autoroute, à 120 km/h, résume le capitaine nantais. Mais Il ne faut pas s'endormir, sinon tu prends la glissière.» Plus explicite, Papy Djilobodji ose : «On peut dire que c'est presque fait. Clermont ne sera pas un match facile. Mais si on gagne, il ne restera plus qu'à faire un résultat à Caen.» La réception des Auvergnats sera donc le match clef de cette fin de saison. Mais même en cas de faux pas, Nantes conservera des jokers. «On a 97 % de chances de monter, d'après Lucas [Deaux], rigole Yohann Eudeline. Si on ne fait pas les cons, on va y aller. Les concurrents vont avoir la pression, ils n'auront plus le droit à l'erreur, et je ne pense pas qu'ils gagneront tous leurs matchs. Depuis le début, on a toujours été dans les deux premiers. Sur la saison, ce serait mérité.»