Opposés au stade rennais, envers et contre tout

David Phelippeau

— 

Beaucoup de supporters nantais vont retenir leur souffle, samedi soir, et espérer un revers de l'ennemi rennais.
Beaucoup de supporters nantais vont retenir leur souffle, samedi soir, et espérer un revers de l'ennemi rennais. — F. Elsner/20minutes

Samedi, les Canaris vont fêter les 70 ans de leur club lors de la venue d'Auxerre. À cent kilomètres de la cité des Ducs, une autre Ville rêve de sortir confettis et paillettes. Rennes affronte Saint-Etienne, samedi soir, en finale de la Coupe de Ligue. Cela fait 42 ans que le voisin rennais, honni des supporters nantais, attend un titre… Et quasiment tous les aficionados des Jaune et Vert espèrent que l'attente des Rouge et Noir sera prolongée. «On a deux rivaux à Nantes : Bordeaux et Rennes», estime Stéphane, responsable des Yellow Flight 49. «Je suis pour les Verts, n'hésite pas Brivael. Tout simplement à cause de la rivalité entre Rennes et Nantes. Moi, je suis davantage contre Rennes que pour Sainté.» Jean-Robert va dans ce sens : «Ce sont deux clubs que je n'aime pas mais je suis quand même pour Saint-Etienne.» Puis il lâche narquois : «Rennes c'est la banlieue de Nantes. Que ce club reste un petit club…» Certains ont du mal à choisir entre «la peste et le choléra», selon Romuald, de la Brigade Loire. «Mais je préfère - et non souhaite - que Sainté gagne pour que Rennes garde un palmarès vierge ! [Rennes a deux Coupes de France en 65 et 71]» Patrice balance aussi mais finit par souhaiter la défaite «du rival rennais». Pascal sera derrière les Verts : «Saint-Etienne a toujours représenté une image forte du football comme Nantes.» Même tendance pour Vincent, des Corsaires Vendéens, qui affirme être «un amoureux des belles années des Verts». Seul François, aficionado du FCN, prend le contre-pied de la quinzaine de supporters interrogés : «Moi, je suis un régionaliste donc je suis pour Rennes, mais pour le FCN avant tout.»