Aristeguieta marque et est marqué par les affrontements dans son pays

— 

Sur le terrain, il est très actif. Et sur les réseaux sociaux, aussi. Fernando Aristeguieta, qui a inscrit à Châteauroux (0-) ses cinquième et sixième buts de la saison sous les couleurs nantaises, est très touché par ce qu'il se passe au Vénézuéla.

L'élection de M. Maduro, 50 ans, l'héritier du défunt dirigeant Hugo Chavez, au poste de président, a fait descendre des milliers de partisans de son adversaire dans la rue, provoquant de graves affrontements. «Le pays est dans une situation délicate, ce n'était pas le moment de fêter quoi que ce soit, je n'avais pas la tête à célébrer cette victoire, reconnaît l'avant-centre nantais. C'est mon pays, c'est le pays qui m'a vu naître, que j'aime, et fort logiquement j'aimerais être là-bas en ce moment pour aider mes compatriotes.» Sur les réseaux sociaux, ces dernières heures, il a clairement affiché sa tendance politique : «Je me suis réveillé en voyant les informations qui annonçaient le vainqueur, la continuité d'un gouvernement qui a fait régresser mon pays, notre pays.» D. P.