Le NLA n'attend pas le verdict pour préparer l'avenir

— 

La saison actuelle n'est pas finie, mais le Nantes Loire atlantique handball a quasiment bouclé son recrutement pour l'année prochaine… Lancé à vive allure sur l'autoroute de l'élite (leader de D2), le NLA connaît les contours de sa future équipe, qui sera promue en LFH, sauf cataclysme bien sûr…

Une grosse ossature conservée. L'entraîneur Stéphane Moualek garde l'ossature de sa formation actuelle. Obein, De La Bretèche, Lawson, Le Hir, Marzouk entre autres sont toujours sous contrat. Coatanea et Bals ont prolongé respectivement de deux ans et un an. Plusieurs cas sont encore en suspens : Hosteing, Joliveau, Cousin et Gomis. Le seul départ déjà entériné est celui de la gardienne roumaine : Amaxinesei.

L'arrivée de cinq ou six recrues maximum. Pour affronter le plus haut niveau, le NLA a déjà enrôlé la gardienne de but serbe Tomasevic («dans le Top 8 mondial à son poste», selon Philippe Aubry, vice-président délégué), l'arrière serbe Popovic et la demi-centre française Nzeminko, qui vient de Nîmes. «Il nous reste à prendre une pivot, une ailière gauche et peut-être une ailière droite», explique Aubry. L'internationale française Beaudouin et Ciavatti sont attendues. Durand et Pop Lazic viendront si les deux premiers dossiers n'aboutissent pas. D. P.

■ et si finalement le NLA jouait à Mangin

Où joueront les Nantaises la saison prochaine ? «C'est encore un point d'incertitude», reconnaît Philippe Aubry. Alors qu'on pensait qu'elles joueraient à Beaulieu (salle 5 000), il est question désormais qu'elles aillent à Mangin-Beaulieu, où résident déjà le Nantes Rezé basket et l'Hermine. Il y aurait alors embouteillage pour les entraînements et les matchs.