Au plus près de l'animal

Julien Ropert

— 

D'indicible violence est le premier volet de la " trilogie de la chair "
D'indicible violence est le premier volet de la " trilogie de la chair " — Stéphane Bellocq

Comme tout artiste, Claude Brumachon a ses obsessions. Le chorégraphe du Centre chorégraphique national de Nantes aime ainsi à parler d'animalité. « C'est quelque chose qui me titille beaucoup. Que se passerait-il si on allait vers une non-société ? On est dans une société de plus en plus cadrée, de plus en plus ensevelie sous les papiers, les ordinateurs. C'est pour ça que j'ai envie de travailler le corps comme s'il n'y avait rien qui le retenait, pour retrouver des états de corps que l'on a oubliés. C'est une pièce autour de laquelle je tourne depuis cinq ou six ans. »

Animal, cruel, sacré


Dans sa « Trilogie de la chair », Claude Brumachon attaque ce thème bille en tête, sans rien éluder. Le premier volet, D'indicible violence, qui sera présenté à Nantes pour la première fois, a connu un vrai succès lors de sa première représentation à Biarritz. « Il a été reçu comme quelque chose de juste, qui tombait au bon moment. Un Bruissement de volupté sera à la fois différente et identique, avec quelque chose de cruel. Et la troisième, plus tard, touchera au sacré. » Révélation attendue dès jeudi à Graslin.

■ Pratique

D'indicible violence, le 11 et le 12 avril, avant-première d'Un bruissement de volupté, le 13 et le 14 avril, au Théâtre Graslin à Nantes. www.ccnn-brumachonlamarche.com