Au nantes rezé métropole, tout n'était pas si rose

david phelippeau

— 

Le libéro Jiri Bence (au premier plan) ne devrait plus faire partie de l'effectif du NRM la saison prochaine.
Le libéro Jiri Bence (au premier plan) ne devrait plus faire partie de l'effectif du NRM la saison prochaine. — F. Elsner / 20 minutes

Tout semblait couler de source cette saison pour le Nantes Rezé Métropole mais tout s'est terminé en queue de poisson... Samedi, le NRM, auteur d'une saison remarquable (3e de la saison régulière), a été sorti en quarts de finale des play-offs de Ligue A par Paris. « Je n'arrive pas à réaliser que la saison est terminée », lâche le deuxième passeur Cédric Hominal.

Tout portait à croire pourtant que le NRM n'irait pas très loin dans cette compétition compte tenu des tensions nées en interne entre une partie des joueurs et les dirigeants. Principal reproche des premiers nommés : l'absence de « communication et de diplomatie » concernant leur avenir au sein du NRM. Jeudi, la veille du match retour, l'entraîneur Martin Demar ne dissimulait plus ses craintes : « Certains de mes joueurs sont perdus, car ils ne sont plus là dans leur tête. Je ne comprends pas ces mecs qui ne pensent qu'à leur peau. J'ai un groupe qui veut jouer et un autre qui se pose des questions... » Samedi, hormis dans le dernier set de la belle (0-3), on n'a pas senti une grande cohésion. Les langues se sont déliées après l'élimination, chacun se renvoyant la balle. A quel moment les dirigeants devaient-ils faire part de leurs intentions concernant l'avenir de certains ? Y a-t-il un timing idéal ? Le président Thierry Rose a eu l'humilité de dire que le NRM continue à apprendre ce qu'est le haut niveau. En réalité, le club a simplement été victime d'un système qui laisse la liberté à un marché sauvage, générant ainsi des effets pernicieux pour la vie d'une équipe, d'un club. A ce titre, Rose a annoncé le lancement « d'un énorme audit à la Ligue nationale de volley pour réglementer cette problématique ».