Pas tous égaux face au trajet domicile-travail

Frédéric Brenon

— 

Le trafic à l'entrée sud de Nantes.
Le trafic à l'entrée sud de Nantes. — F. Elsner/20 Minutes

Dans l'agglomération nantaise, habiter près de son lieu de travail reste principalement réservé à une élite, révèle une étude de l'Insee. Pour la moitié des salariés travaillant dans le périmètre de Nantes Métropole, la distance domicile-travail à parcourir est de 7, 2 km. Un quart des salariés habitent à plus de 17, 7 km. Ces distances varient selon le lieu de l'emploi : la moitié des salariés travaillant dans l'hypercentre habitent ainsi à moins de 4, 4 km, contre 9, 6 km pour ceux travaillant dans le pôle nord-est de l'agglomération (Carquefou, Sainte-Luce…) et 10, 4 km pour les salariés du pôle sud-ouest (aéroport, Océane…).

Loyers contre prix de l'essence


Les différences socio-professionnelles sont encore plus criantes puisque les ouvriers et professions intermédiaires parcourent une plus grande distance que l'ensemble des salariés pour rejoindre leur lieu de travail (respectivement 8, 4 km et 7, 8 km pour la moitié d'entre eux). Il en est de même selon l'âge : la moitié des 30-40 ans parcourent plus de 8, 4 km, quand la distance est de 6, 6 km pour les salariés de 50 à 65 ans. «Cela prouve que le logement pour tous reste un enjeu fondamental, analyse l'agence d'urbanisme de la région nantaise. Il y a un grand nombre de familles qui sont obligées d'habiter loin de leur emploi en raison du niveau des loyers. Et ce sont les mêmes qui dépensent ensuite le plus en transports. Or, le prix de l'énergie ne fait qu'augmenter. Il faut faire attention à ce que cette question des déplacements ne devienne pas intenable pour eux. »

■ 8 h - midi : le pic

Selon l'Insee, la population présente à Nantes Métropole atteint un pic de 630 000 personnes entre 8 h et 12 h, soit 50 000 de plus que la population résidente. Emplois, études et services expliquent cette densité.