Les franchissements divisent les partis

Frédéric Brenon

— 

Le pont Anne-de-Bretagne franchit la Loire à l'ouest de l'île.
Le pont Anne-de-Bretagne franchit la Loire à l'ouest de l'île. — F. Elsner/20 MInutes

Si tout le monde s'accorde à dire qu'il faudra de nouveaux équipements pour relier l'île de Nantes au quai de la Fosse d'une part, et Chantenay à Trentemoult d'autre part, le débat fait rage quant aux scenarios à adopter. Tour d'horizon des propositions des partis, à l'heure où Nantes Métropole achève son étude sur le sujet.

L'UMP roule pour un transbordeur. La droite n'a « pas de choix arrêté » pour une liaison directe nord-sud mais a une nette préférence pour soulager l'île de Nantes : un pont à transbordeur. Une solution « écologique, élégante, avec une image forte, et qui permet de maîtriser les flux, explique l'UMP. C'est la solution qui cumule le plus d'avantages. » L'idée d'un pont fixe est jugée « aberrante », car il serait un « aspirateur à voitures », « empêchant la circulation fluviale ». Le téléphérique, lui, apparaît « moins utile ».

Les Verts misent d'abord sur Anne-de-Bretagne. Pour Europe écologie, « la priorité est d'abord de doubler le pont Anne-de-Bretagne » pour y faire passer une ligne de transport collectif en site propre. L'hypothèse du transbordeur est ensuite jugée « intéressante et pertinente », alors qu'un pont fixe « défigurerait l'île et éloignerait les bateaux ». Entre Chantenay et Trentemoult, plutôt qu'un tunnel « trop compliqué » ou un pont levant « trop cher », les Verts préfèrent une liaison par téléphérique « efficace et moins coûteuse ».

Le MoDem à fond pour un téléphérique. « Archi contre » un pont fixe, « sceptiques » sur les limites du pont à transbordeur et le coût d'un pont-levant ou d'un tunnel, les élus MoDem n'ont d'yeux que pour un téléphérique. Leur projet relierait Nantes à Rezé via l'île de Nantes. Ses points forts : « coût, sécurité, empreinte carbone et rapidité de construction ».

Le PCF penche pour un tunnel. La priorité des communistes est de ne « pas entraver l'activité portuaire » de Cheviré-Roche-Maurice. A partir de là, le choix d'un tunnel nord-sud est « plus pertinent » qu'un pont-levant. Entre l'île de Nantes et le quai de la Fosse, le pont fixe « peut s'étudier ». Le transbordeur et le téléphérique sont « moins adaptés ».